Céramiques

Publié le 2 Décembre 2021

Un petit retour sur quelques productions céramiques réalisées pour le Musée Unterlinden de Colmar, l'association ArkéoMédia, le Musée des Tumulus de Bougon et le Service Archéologique de L'Agglo Hérault-Méditerranée.

Nous profitons également de ce petit billet thématique pour revenir sur 2 modalités de cuissons de poteries : en sole foyère et en meule chapée. La première a été réalisée en 2014 au Musée des Tumulus de Bougon et la seconde, en 2015 au cours d'un stage de formation avec nos collègues de la médiation du Service Archéologique du Val-de-Marne, au Parc des Hautes-Bruyères.

Céramique du néolithique ancien.

Céramique du néolithique ancien.

Céramiques du néolithique ancien.
Céramiques du néolithique ancien.
Céramiques du néolithique ancien.

Céramiques du néolithique ancien.

Céramique du néolithique final, artenacien de Challignac (16).
Céramique du néolithique final, artenacien de Challignac (16).

Céramique du néolithique final, artenacien de Challignac (16).

Coupe attique de Lavau (Âge du Fer).

Coupe attique de Lavau (Âge du Fer).

Coupe attique de Lavau, vues de détail.
Coupe attique de Lavau, vues de détail.

Coupe attique de Lavau, vues de détail.

Maquette des types de cuissons préhistoriques. Cliché Amélie Diaz, L'Agglo-Hérault-Méditerranée.

Maquette des types de cuissons préhistoriques. Cliché Amélie Diaz, L'Agglo-Hérault-Méditerranée.

Maquette des types de cuissons préhistoriques. Vues de détail.
Maquette des types de cuissons préhistoriques. Vues de détail.
Maquette des types de cuissons préhistoriques. Vues de détail.

Maquette des types de cuissons préhistoriques. Vues de détail.

Outils pédagogiques sur les décors néolithiques. Cliché Amélie Diaz, L'Agglo-Hérault-Méditerranée.

Outils pédagogiques sur les décors néolithiques. Cliché Amélie Diaz, L'Agglo-Hérault-Méditerranée.

Un exemple de cuisson : la sole foyère.

La première étape étape consiste à chauffer une sole de pierres ou de galets, pendant une à deux heures avec un feu vif. Pendant ce temps, les poteries sont mises à préchauffer autour du foyer, en les rapprochant et en les tournant régulièrement pour qu’elles chauffent uniformément. 

Une fois les poteries bien chaudes (quand on ne peut plus les attraper à la main sans se brûler) on écarte les braises de la sole et on vient placer les poteries dessus. Elle continueront ainsi de préchauffer alors qu'en parallèle, les braises périphériques sont alimentées de bois de plus en plus gros. Quand le feu s’est bien rapproché, on l’entretient copieusement et quand les flammes commencent à lécher la pots (et qu’on ne constate rien de suspect), on recouvre entièrement les céramiques de bois. 

Après, le tour est joué, il faut attendre le refroidissement et se régaler des poteries obtenues. Ce type de cuisson est assez long et demande beaucoup de manipulations mais les résultats sont la plupart du temps très positifs (bonne température de cuisson, peu de casse, belles teintes, etc…).

Chauffe de la sole et préchauffage des poteries.

Chauffe de la sole et préchauffage des poteries.

Préchauffage des poteries sur la sole.

Préchauffage des poteries sur la sole.

Redémarrage du feu par l'extérieur sur toute la périphérie de la sole.
Redémarrage du feu par l'extérieur sur toute la périphérie de la sole.

Redémarrage du feu par l'extérieur sur toute la périphérie de la sole.

Charge de cuisson, maximum de température.

Charge de cuisson, maximum de température.

Les céramiques cuites !

Les céramiques cuites !

Un second exemple de cuisson : la meule chapée.

En premier lieu, on va préparer une sole de cuisson avec de grosses bûches sur une aire bien dégagée. Les céramiques sont ensuite placées sur la sole en essayant de trouver un empilement limité en terme de volume et de hauteur. L'empilement de poteries est ensuite recouvert d'une grande quantité de végétaux fins, puis de paille, en ne lésinant pas, là aussi, sur la quantité. Pour terminer la structure de cuisson, le tout est recouvert d'une couche plus ou moins épaisse de barbotine, une argile très diluée, très liquide.

On va pouvoir dès lors allumer la meule, en plaçant quelques pelletées de braises dans des ouvertures laissées à la base de la meule. Celles-ci aideront également le tirage et pourront être bouchées en cours de cuisson (si la cuisson s'emballe) ou à la fin  pour favoriser une descente en température très lente. La meule cuira ainsi à l'étouffée pendant plusieurs heures, et ce n'est que le lendemain, après refroidissement complet, qu'on pourra découvrir les céramiques cuites.

Préparation de l'aire de cuisson et de la sole.
Préparation de l'aire de cuisson et de la sole.

Préparation de l'aire de cuisson et de la sole.

Disposition des vases sur la sole.

Disposition des vases sur la sole.

Mise en place du combustible, de la paille et meule chapée à la barbotine.
Mise en place du combustible, de la paille et meule chapée à la barbotine.
Mise en place du combustible, de la paille et meule chapée à la barbotine.

Mise en place du combustible, de la paille et meule chapée à la barbotine.

Meule en cour de cuisson, vue d'un orifice latéral fortuit.

Meule en cour de cuisson, vue d'un orifice latéral fortuit.

Céramiques cuites le lendemain, après refroidissement complet.
Céramiques cuites le lendemain, après refroidissement complet.

Céramiques cuites le lendemain, après refroidissement complet.

Premières céramiques cuites en meule chapée !

Premières céramiques cuites en meule chapée !

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article