Articles avec #fac-similes et reconstitutions tag

Publié le 1 Mai 2013

Formés à la technique en 2006 au Parc de Beynac en Dordogne, nous avons poursuivi et poursuivons encore actuellement les expérimentations autour des techniques protohistoriques de fonte et de coulée du bronze.

Le bronze est un alliage de cuivre et d’étain, que l’on obtient à partir de minerais réduits.  Pour le cuivre, on peut utiliser différents minerais (chalcopyrite, malachite ou cuprite), pour l’étain, le principal minerai utilisé est la cassitérite. La connaissance de la chaîne opératoire de réduction de minerai et de fabrication d’objets en bronze a pu être mise en évidence d’une part grâce aux vestiges archéologiques (foyers de réduction ou de bronziers, tuyères, creusets, moules, etc.) et aux nombreux travaux d’expérimentation.

Pour obtenir du bronze, le cuivre et l’étain sont fondus dans un creuset après réduction. La température de fusion du bronze se situe autour de 1000°C, et celle de coulée, idéale pour une bonne fluidité du métal, autour de 1100°C. Le bronze ainsi liquéfié peut alors être coulé dans des moules pour obtenir des lingots ou des objets.

Foyer de bronzier (tuyère et moules en pierre en préchauffage).

Foyer de bronzier (tuyère et moules en pierre en préchauffage).

 Les moules peuvent être en pierre, monovalves ou bivalves, en bronze, ou en argile. Pour ces derniers, on utilise la technique de la cire perdue. L’objet est d’abord réalisé en cire, puis englobé dans de l’argile réfractaire, en dégageant un orifice de coulée. Le moule est ensuite séché, puis cuit (décirage), opération au cours de laquelle la cire fond et s’écoule pour libérer le négatif de l’objet. Le métal est ensuite coulé dans le moule, qu’il faut briser pour récupérer l’objet en bronze. Les pièces ainsi obtenues sont uniques mais cette technique permet la réalisation d’objets complexes.

Technique de fonte à la cire perdue : matériaux nécessaires (cire, argile et dégraissant végétal), réalisation du modèle en cire avec ses canaux et cône de coulée, mise en place des canaux et du cône de coulée sur le modèle.Technique de fonte à la cire perdue : matériaux nécessaires (cire, argile et dégraissant végétal), réalisation du modèle en cire avec ses canaux et cône de coulée, mise en place des canaux et du cône de coulée sur le modèle.Technique de fonte à la cire perdue : matériaux nécessaires (cire, argile et dégraissant végétal), réalisation du modèle en cire avec ses canaux et cône de coulée, mise en place des canaux et du cône de coulée sur le modèle.

Technique de fonte à la cire perdue : matériaux nécessaires (cire, argile et dégraissant végétal), réalisation du modèle en cire avec ses canaux et cône de coulée, mise en place des canaux et du cône de coulée sur le modèle.

Technique de fonte à la cire perdue : décirage et cuisson du moule, coulée, décochage : le moule est brisé pour récupérer l'objet en cire. Il faudra ensuite couper les canaux et le cône de coulée puis ébarber et polir l'objet.Technique de fonte à la cire perdue : décirage et cuisson du moule, coulée, décochage : le moule est brisé pour récupérer l'objet en cire. Il faudra ensuite couper les canaux et le cône de coulée puis ébarber et polir l'objet.Technique de fonte à la cire perdue : décirage et cuisson du moule, coulée, décochage : le moule est brisé pour récupérer l'objet en cire. Il faudra ensuite couper les canaux et le cône de coulée puis ébarber et polir l'objet.

Technique de fonte à la cire perdue : décirage et cuisson du moule, coulée, décochage : le moule est brisé pour récupérer l'objet en cire. Il faudra ensuite couper les canaux et le cône de coulée puis ébarber et polir l'objet.

Quelles que soient les techniques utilisées pour le moulage, les objets devront être soigneusement ébarbés, limés, et polis à l’aide de polissoirs en grès avant d’être achevés. Ils peuvent aussi être décorés : incisions, estampage, ciselure, etc.

Au cours de l’Âge du bronze (2300 av. J. C. à 800/750 av. J. C.) les techniques de fabrication d’objets vont se diversifier et engendrer l’apparition de nouvelles spécialisations autour de cet artisanat : le travail de la tôle de bronze avec la dinanderie (les récipients, cuirasses, casques…), l’orfèvrerie et la création de bijoux complexes, ainsi que la mise en place de vastes réseaux d’approvisionnement et de distribution.

Série de haches et ciseaux en bronze réalisée pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Série de haches et ciseaux en bronze réalisée pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Haches en bronze emmanchées : hache à talon, hache à ailerons, et hache à douille ; réalisées pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.
Haches en bronze emmanchées : hache à talon, hache à ailerons, et hache à douille ; réalisées pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Haches en bronze emmanchées : hache à talon, hache à ailerons, et hache à douille ; réalisées pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Série d'épingles en bronze réalisées pour le Musée des Tumulus de Bougon.

Série d'épingles en bronze réalisées pour le Musée des Tumulus de Bougon.

Épingle incisée et anneau réalisés pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Épingle incisée et anneau réalisés pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Ciseaux et gouge emmanchés,réalisés pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Ciseaux et gouge emmanchés,réalisés pour le Laboratoire d'Archéologie du Val-de-Marne.

Pour en savoir plus sur l'Âge du Bronze en Bronze en France, un webdossier auquel nous avons collaboré avec le Musée des Tumulus de Bougon et le Conseil Inter-Régional des Musées :

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Expérimentations, #fac-similés et reconstitutions

Repost0

Publié le 18 Mars 2013

Arkéo Fabrik participait en décembre à une session d’expérimentations organisée par Frédéric Abbès (Université de Lyon, Laboratoire Archéorient) à l’antenne de Jalès du laboratoire Archéorient. L’objectif de ces rencontres visait à constituer un référentiel expérimental large afin de pouvoir caractériser la variabilité des stigmates liés aux débitages réalisés à la pierre tendre.

 DSC_0021--Copier-.JPG

 

DSC_0023--Copier-.JPG

 

Plus d’informations sur le blog du laboratoire Archéorient :

 

Également un peu de réclame pour l’exposition ‘’ La Préhistoire de A à Z ’’ mise en place par l’équipe du Musée des Tumulus de Bougon aux Archives Départementales des Deux-Sèvres. Avec des couleurs vives, des textes courts et accessibles, des vitrines (enfin) adaptées aux plus petits et de nombreuses manipulations... cette exposition ne manque pas de susciter l'intérêt des petits et des plus grands. Arkéo Fabrik y contribue modestement par le prêt de quelques répliques expérimentales… A voir jusqu’au 30 juin 2013 aux Archives Départementales des Deux-Sèvres, 26-rue de la Blauderie à Niort. Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 17h00. Entrée libre. Renseignements au 05 49 08 94 90.

 

DSC_2211--Copier-.JPG

 

 

DSC_2203--Copier-.JPG

 

 

 

DSC 2185 (Copier)

 

Plus d’informations sur le site des Archives Départementales des Deux-Sèvres

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Expérimentations, #fac-similés et reconstitutions

Repost0

Publié le 12 Octobre 2012

 

 

Quelques images de réalisations en os et bois de cervidé réalisées il y a quelque temps déjà pour le Service Médiation du Laboratoire d’Archéologie du Val-de-Marne. Ces différentes réalisations permettent d’illustrer les présentations et ateliers autour des techniques et outils de chasse préhistorique ainsi que l’industrie osseuse et son évolution.

 

industrie osseuse 2012-5-copie-1

bâton percé magdalénien

 

industrie osseuse 2012-4harpon magdalénien

 

industrie osseuse 2012-3

industrie osseuse du Paléolithique supérieur :

spatule, harpon, bâton percé, pointes de sagaie, navette, épingles, pendeloque et crochet de propulseur

 

industrie osseuse 2012-1

harpon azilien emmanché

 

industrie osseuse 2012-2

foëne, d'après exemple Micmacs

(amérindiens de la côté Nord-Est du Canada)

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 28 Juin 2012

 

toupie à feu madag-copie-1L’allumage du feu par friction est attesté - essentiellement par l’ethnologie – selon plusieurs méthodes : manuelle, à l’aide d’un archet qui permet de faire tourner la drille plus rapidement, et également, à l’aide d’un foret à pompe, ou « toupie à feu », qui grâce à un mouvement rotatif d’aller-retour, permet d’obtenir une braise rapidement (en moins de 2 minutes) et facilement.

 

 

toupie à feu 012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le modèle proposé est réalisé en bois tourné, tous les éléments sont amovibles. La corde est en lin et l’embout de l’axe vertical est renforcé avec une ligature de lin collée.

 

 

 

 

Idéal pour les démonstrations, le modèle est vendu avec un lot d’embouts de drille en pin étuvé et une planchette de lierre ou de figuier.

 

 

   

 

 

 

 

 

toupie à feu 012 (3)

 

Détail du manche

 

toupie à feu 012 (4)

 

et même que ça fonctionne !!!

 

toupie à feu 012 (5)

Voir les commentaires

Repost0