Articles avec #tutos et videos tag

Publié le 6 Février 2017

La Daldinie concentrique ou daldinia concentrica est un champignon très noir, xylophage, à l'apparence de petites boules de 3 à 8 cm de diamètre poussant sur les troncs d'arbres morts. 

Son utilisation comme initiateur de feu est aussi efficace qu'impressionnante. Il suffit de gratter un peu la surface inférieure du champignon avec la pointe d'un couteau avant d’y faire tomber des étincelles que l'on produira (bien sûr !) avec un briquet en silex et une marcassite ! Une fois la combustion démarrée, elle devient quasi-impossible à arrêter.

La daldinie se transforme alors en une belle braise, comme vous pourrez le voir sur la vidéo ci-dessous ! 

Feu par percussion et daldinie concentrique...
Feu par percussion et daldinie concentrique...

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Tutos et vidéos

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2015

A la demande de nos collègues médiateurs du Musée des Tumulus de Bougon, nous avons réalisé cet été, au cours de démonstrations de techniques préhistoriques, la réplique d'une épingle en os néolithique.

Cette reconstitution s'inspire d'un modèle d'épingle dite ''à tête de pavot'' découverte lors des fouilles de la chambre funéraire du tumulus A de la nécropole de Bougon.

Voici donc un petit compte rendu en images !

Épingle originale à gauche (n°2090). D'après Mohen & Scarre 2002.

Épingle originale à gauche (n°2090). D'après Mohen & Scarre 2002.

Tout commence avec une baguette d'os, obtenue dans une diaphyse (partie centrale) d'os long de bovidé. Elle peut être extraite par fracturation (technique un peu aléatoire !), par sciage ou rainurage de l'os

Tout commence avec une baguette d'os, obtenue dans une diaphyse (partie centrale) d'os long de bovidé. Elle peut être extraite par fracturation (technique un peu aléatoire !), par sciage ou rainurage de l'os

La baguette est affinée et régularisée, ici à l'aide d'un grattoir-herminette. L'os a été préalablement trempé plusieurs heures pour être assoupli.

La baguette est affinée et régularisée, ici à l'aide d'un grattoir-herminette. L'os a été préalablement trempé plusieurs heures pour être assoupli.

EXPÉRIMENTATION : Fabrication d’une épingle en os
La régularisation de l'ébauche se poursuit par raclage à l'aide d'un burin en silex. Cette phase est particulièrement longue mais le trempage de l'os, associé à l'outil très efficace qu'est le burin, permet d'obtenir une ébauche très régulière en quelques heures.

La régularisation de l'ébauche se poursuit par raclage à l'aide d'un burin en silex. Cette phase est particulièrement longue mais le trempage de l'os, associé à l'outil très efficace qu'est le burin, permet d'obtenir une ébauche très régulière en quelques heures.

EXPÉRIMENTATION : Fabrication d’une épingle en os
Le travail de régularisation du fût et de la tête de l'épingle se poursuit à l'aide de petits polissoirs en grès de différents grains. La tête est dégagée par un sciage méticuleux à l'aide d'une lame de silex et abrasée avec le bord cortical d'une lame de silex. Un ultime passage de burin permet d'effacer les dernières traces d'abrasion dues au polissoir.

Le travail de régularisation du fût et de la tête de l'épingle se poursuit à l'aide de petits polissoirs en grès de différents grains. La tête est dégagée par un sciage méticuleux à l'aide d'une lame de silex et abrasée avec le bord cortical d'une lame de silex. Un ultime passage de burin permet d'effacer les dernières traces d'abrasion dues au polissoir.

EXPÉRIMENTATION : Fabrication d’une épingle en os
La dernière phase de travail consiste en un polissage soigneux de l'épingle à l'aide d'une pièce de cuir mouillée sur laquelle on a déposé un peu de cendre de prêle. Cette plante est très riche en silice et ses cendres sont un abrasif très fin particulièrement bien adapté aux finitions sur l'os.

La dernière phase de travail consiste en un polissage soigneux de l'épingle à l'aide d'une pièce de cuir mouillée sur laquelle on a déposé un peu de cendre de prêle. Cette plante est très riche en silice et ses cendres sont un abrasif très fin particulièrement bien adapté aux finitions sur l'os.

Et voilà le travail, ainsi qu'une hypothèse d'utilisation parmi d'autres...

Et voilà le travail, ainsi qu'une hypothèse d'utilisation parmi d'autres...

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Expérimentations, #fac-similés et reconstitutions, #Tutos et vidéos

Repost 0

Publié le 12 Juin 2015

Suite à une demande du Laboratoire Départemental d'Archéologie du Val-de-Marne, nous avons réalisé au printemps, un petit film sur la fabrication d'un bracelet en schiste. A ce titre, nous tenons encore à remercier Dominique et Marie pour la prise de vue, le montage et la logistique...

De tels bracelets apparaissent aux environs du 5ème millénaire, au sein de communautés d'agriculteurs-éleveurs néolithiques des cultures du Villeneuve-Saint-Germain (moitié Nord de la France) et du groupe de Blicquy (Belgique). Ces groupes ont su tirer profit des ressources minérales qui les entouraient aux marges des massifs armoricain et ardennais (régions où les schistes abondent), pour développer une véritable économie régionale de fabrication et d’exportation de bracelets en schiste.

Bracelets en schiste poli et autre mobilier lithique provenant des fouilles d'habitats néolithiques de Betton en Ille-et-Vilaine. © H. Paitier, Inrap. Image issue de la chronologie interactive disponible sur le site de L'Institut National de Recherches en Archéologie Préventive (www.inrap.fr).

Bracelets en schiste poli et autre mobilier lithique provenant des fouilles d'habitats néolithiques de Betton en Ille-et-Vilaine. © H. Paitier, Inrap. Image issue de la chronologie interactive disponible sur le site de L'Institut National de Recherches en Archéologie Préventive (www.inrap.fr).

L’extraction est réalisée sur des affleurements transformés en véritables carrières. Les carriers détachaient des plaques de schiste à l’aide de masses en pierre, de pics en bois de cerf ou autres coins et leviers en bois. Ils formaient ensuite par percussion des ébauches à partir de plaquettes de bonnes qualités. Le travail s’arrête généralement à ce stade sur le lieu d’extraction.

La suite des opérations se déroule sur des ateliers ou au sein d’habitats, généralement distants de quelques kilomètres des carrières (par exemple à Champfleur ou Arçonnais dans la Sarthe ou à Vaux-et-Borset en Belgique). Les ébauches y sont alors façonnées en palets circulaires de 10 à 20 cm de diamètre, régularisés par polissage au niveau des contours et des faces.

Régularisation par percussion des contours d'un futur bracelet.

Régularisation par percussion des contours d'un futur bracelet.

Le bracelet s’obtient ensuite en évidant la partie centrale du palet circulaire. Plusieurs techniques ont pu être observées et reproduites expérimentalement (raclage, piquetage, rainurage ou forage).

Expérimentations de forage à l'archet d'un palet en schiste.

Expérimentations de forage à l'archet d'un palet en schiste.

Traces laissées par l'outil en silex lors d'une perforation par raclage.

Traces laissées par l'outil en silex lors d'une perforation par raclage.

La phase suivante consiste à élargir et régulariser la perforation à l’aide d’outils en silex (burins) et de polissoirs en grès. C’est une phase laborieuse qui s’accompagne souvent de casse (BURNEZ-LANOTTE, L. et. Al. 2005). Enfin, l’ultime étape consiste à polir puis lustrer soigneusement le bracelet, à l’aide de grès fins ou d’une pièce de cuir mouillée ou graissée sur laquelle on ajoute un abrasif (sable fin, poudre de charbon ou cendres de prêles).

Il est fréquent pour ces périodes de retrouver ces bracelets aussi bien dans des fosses détritiques d’habitats (où ils sont généralement brisés) que dans des sépultures où un à plusieurs bracelets, souvent portés au dessus du coude, accompagnent le défunt. Au-delà des aspects techniques et esthétiques, ces bracelets semblent aussi porter de fortes valeurs sociales et symboliques.

Bracelet expérimental en roche verte.

Bracelet expérimental en roche verte.

Bibliographie simplifiée :

BURNEZ-LANOTTE, L., CASPAR, J.P. (2005). "Technologie des anneaux en schiste dans le groupe de Blicquy/Villeneuve-Saint-Germain à Vaux-et-Borset (Hesbaye, Belgique) : interférences de sous-systèmes techniques." Bulletin de la Société Préhistorique Française T.102, n°3(pp.551-596.).

FROMONT, N. (2005). Les anneaux de pierre dans le nord de la France et la Belgique au Néolithique ancien : structuration des productions et circulation des matières premières. MARCHAND, G., TRESSET, A. 2005. Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade Atlantique de l'Europe (6ème et 4ème millénaire BC). Table-ronde de Nantes, 26-27 avril 2002., Société Préhistorique Française. Mémoire n°36.

PRAUD, I., et. al. . (2000). Les bracelets en pierre du néolithique ancien : provenance et diffusion des matériaux sur les sites Villeneuve-Saint-Germain du bassin Parisien. DESBROSSES, R., THEVENIN, A. (dir.) Actes des 125èmes Congrès Nationaux des Sociétés Historiques et Scientifiques: pp. 491-502.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 15 Mai 2015

A la demande de notre collègue Michel Parotin, nous avons réalisé il y a quelque temps une série de pierres à fusil afin de réhabiliter un briquet pour le moins original : le briquet-pistolet. 

Ce système d'allumage est en tout point comparable au principe de mise à feu des armes à platine de silex utilisées en Europe depuis le 16 ème siècle.  Une pièce de silex maintenue sur le chien (1) vient heurter une pièce métallique appellée batterie (2), ce qui produit une gerbe d'étincelle et embrase la poudre contenue dans le bassinet (3).

Système de mise à feu d'un fusil à poudre. Nantes, Château des Ducs de Bretagne.

Système de mise à feu d'un fusil à poudre. Nantes, Château des Ducs de Bretagne.

Pour le briquet-pistolet, le système est le même mais l'amadou remplace la poudre noire.

Briquet-pistolet : (1) chien ; (2) batterie ; (3) bassinet.

Briquet-pistolet : (1) chien ; (2) batterie ; (3) bassinet.

Le chien vient de heurter la batterie au dessus du bassinet rempli d'amadou.

Le chien vient de heurter la batterie au dessus du bassinet rempli d'amadou.

L'amadou s'embrase.

L'amadou s'embrase.

Vue rapprochée de l'amadou embrasé.

Vue rapprochée de l'amadou embrasé.

La braise issue de l'amadou permet d'obtenir une flamme à l'aide, par exemple, d'une allumette soufrée.

La braise issue de l'amadou permet d'obtenir une flamme à l'aide, par exemple, d'une allumette soufrée.

 

Tout ceci ne saurait fonctionner sans le silex des pierres à fusil...

Les premiers ateliers de fabrication de pierres à fusils apparaissent vers la fin du 16ème siècle. Cette activité se poursuivra jusque dans la première moitié du 20ème siècle où l'avènement de nouveaux matériaux comme le ferro-cerrium, mettra fin à cette activité après plusieurs siècles de pratique.

En France, les centres de production de pierres à fusils les plus connus sont ceux de la vallée du Cher, entre Loir-et-Cher et Indre, à Saint-Aignan, Selles-sur-Cher et Valençay (avec un centre important autour du village de Meusnes). Il existe cependant d'autres centres de production, notamment en Ardèche et en Charente-Maritime. Nous aurons l'occasion de revenir un peu plus tard en détail sur ces derniers.

La production de pierre à fusil était réalisée par des citoyens et des familles qui pratiquaient souvent cette activité en dehors de la saison des travaux agricoles, afin de compléter leurs revenus.

Les silex étaient taillés à l'aide d'outils en fer, des marteaux de tailles variables suivant les étapes de fabrication. Les silex étaient dégrossis avec de lourdes massettes, puis on en débitait des supports à partir desquels étaient confectionnées les pierres à fusil.  

Nucléus en silex et lames obtenues par percussion directe au marteau métallique.

Nucléus en silex et lames obtenues par percussion directe au marteau métallique.

Lames de silex, lame fracturée en segments et segment central retouché en pierre à fusil.

Lames de silex, lame fracturée en segments et segment central retouché en pierre à fusil.

Lot de pierres à fusil en silex charentais.

Lot de pierres à fusil en silex charentais.

Petit complément vidéo récupéré sur le forum Paléobox. Ce document a été tourné dans les années 1920, probablement dans la région de Brandon (dans le Suffolk, Nord-est de Londres), en Angleterre.

Et en complément du complément... un article du Bulletin de la Société Préhistorique Française de 1937 dans lequel Alfred Barnes décrit avec beaucoup de précision la fabrication des pierres à fusil dans la région de Brandon.

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Expérimentations, #fac-similés et reconstitutions, #Tutos et vidéos

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2014

La hache ou l’herminette de pierre polie constituent l’outillage de base de l’agriculteur-éleveur sédentaire du Néolithique. Les matières premières aptes à être taillées, comme le silex, sont collectées, au niveau d’affleurements de surface ou en profondeur, dans les minières. Les blocs retenus pour être taillés, vont d’abord être dégrossis à l’aide d’un percuteur de pierre, puis régularisés au percuteur tendre (bois de cerf ou bois végétal dense permettant une plus grande finesse des enlèvements).

Bloc de silex tertiaire brut

Bloc de silex tertiaire brut

Dégrossissage du bloc au percuteur dur

Dégrossissage du bloc au percuteur dur

Bloc dégrossi au percuteur dur

Bloc dégrossi au percuteur dur

Ébauche de hache régularisée au bois de cervidé

Ébauche de hache régularisée au bois de cervidé

Ce travail aboutira à l’obtention d’une ébauche bifaciale de section biconvexe plus ou moins régulière. L'ébauche peut dans certains cas être régularisée davantage par percussion indirecte et par pression, notamment pour le tranchant. Plus l’ébauche sera régulière, plus le travail de polissage ultérieur de la hache sera facilité. Ainsi, on pu a clairement identifier sur certains sites de production de haches, différents niveaux de savoir–faire de tailleurs.

Régularisation des flancs de la hache par pression (compresseur en bois de cervidé)

Régularisation des flancs de la hache par pression (compresseur en bois de cervidé)

Ébauche de hache terminée, prête à être polie

Ébauche de hache terminée, prête à être polie

D’autres matières se prêtant moins bien à la taille par percussion (roches métamorphiques tenaces comme les dolérites, serpentinites, jadéitites, etc.) seront traitées différemment. L'ébauche sera mise en forme par bouchardage, opération consistant à écraser la roche par des percussions répétées avec des outils en pierre dure - les bouchardes - de tailles décroissantes au fur et à mesure de l’avancement du travail.

Bouchardage d'une ébauche en roche tenace, boucharde en silex

Bouchardage d'une ébauche en roche tenace, boucharde en silex

Bouchardage d'une ébauche en roche tenace, boucharde en silex

Bouchardage d'une ébauche en roche tenace, boucharde en silex

Indépendamment des matières et des techniques de façonnage, la phase suivante de polissage est la plus longue. Les ébauches sont polies sur de petits polissoirs mobiles ou de larges polissoirs fixes en roches grenues et dures (grès, grès quartzite, silex, etc.). On reconnaît les polissoirs aux rainures ou cuvettes plus ou moins marquées résultant de l’abrasion des deux pierres mises en contact. L’observation de traces d’usures, aussi bien sur les polissoirs que sur les haches, laisse penser que dans de nombreux cas, un dispositif ‘’mécanique’’ de type passe-partout, manié à deux individus pouvait être utilisé.

Polissage de l’ébauche sur un polissoir mobile en grès

Polissage de l’ébauche sur un polissoir mobile en grès

Polissage de l’ébauche sur un polissoir mobile en grès

Polissage de l’ébauche sur un polissoir mobile en grès

L’ultime phase de fabrication consiste à polir les derniers millimètres du tranchant pour affûter la hache. Il s’agit là d’une opération délicate qui reste une piste de recherche pour les chercheurs. Il restera enfin à emmancher la lame pour en faire un outil fonctionnel. Durant toute sa longue existence, la hache de pierre polie a connu diverses formes d’emmanchement, de l’emmanchement direct à l’utilisation de gaines en bois de cerf. Ces diverses solutions techniques ont bien sûr fortement influencé la morphologie des haches, ce qui explique une grande variété de formes pour un outil universel.

Hache en basalte, emmanchement direct

Hache en basalte, emmanchement direct

Hache en serpentinite, emmanchement indirect dans une gaine en bois de cerf

Hache en serpentinite, emmanchement indirect dans une gaine en bois de cerf

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Expérimentations, #fac-similés et reconstitutions, #Tutos et vidéos

Repost 0

Publié le 9 Août 2014

 

 

Nous étions en Juin dernier autour du Lac du Sanguinet dans les Landes pour participer aux 9èmes Tessonnades organisées par l’association ‘’Entre Leyre et Ciron’’. Cette manifestation dédiée à la céramique – au sens large - élargissait cette année ses activités en proposant des interventions autour des arts du feu.

 

 

 

Nous avons donc présenté dans ce cadre les techniques protohistoriques liées à la fabrication d’objets en bronze : principalement le moulage à la cire perdue et également la fonte au sable qui permet de s’affranchir un tantinet de certaines contraintes liées au moulage à la cire perdue (fabrication des cires, séchage et cuisson des moules).

 

Un grand merci  à Colette et Pascal pour la couverture photo. Les photos qui suivent leur sont dues !

 

Sur la toile... Arts du feu à Sanguinet
Sur la toile... Arts du feu à Sanguinet
Sur la toile... Arts du feu à Sanguinet
Sur la toile... Arts du feu à Sanguinet

 

Un très bon reportage vidéo a été réalisé à cette occasion par Marie Dubos et Philippe Lepert pour Biscarosse TV.

 

 

Passant des soufflets aux percuteurs pour un petit intermède taille de silex habilement capturé par Colette entre deux coulées !! Nous en profitons au passage pour la remercier.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Ateliers et démonstrations, #Tutos et vidéos

Repost 0

Publié le 26 Mai 2014

 

 

Après bien des déboires avec les schémas proposés sur le web, nous avons décidé de vous faire partager quelques motifs et réflexions pour monter vos plaquettes...

 

Si vous vous lancez pour la première fois, allez faire un tour sur le tutoriel de Micky, vous y trouverez des explications claires sur les bases du montage :

 

 

 

Retenez que l'enfilage en S se fait par devant lorsqu'on voit les lettres des plaquettes, et l'enfilage en Z se fait par derrière. Une plaquette doit avoir tous ses fils montés dans le même sens.

 

Nous laissons à votre disposition une dizaine de schémas de montage, à faire varier en fonction des couleurs, de votre inspiration ou du nombre de plaquettes...Tous les schémas ci-dessous sont composés de 10 plaquettes à 4 trous et tous permettent de réaliser un motif en faisant pivoter les plaquettes 4 fois vers l'avant et 4 fois vers l'arrière. Ceci permet de ne pas avoir à démêler sans cesse les fils...

Tissages...

 

 

Un petit conseil pour ceux et celles qui souhaiteraient créer des motifs, ou en récupérer sur internet : vérifiez bien le sens d'enfilage (S ou Z) de vos cartes, il dépend de votre motif.

 

 

Tissages...

 

Si l'on regarde le schéma, on observe que la direction du motif correspond au sens de montage des cartes... N'hésitez pas à nous faire part de vos créations!

 

 

 

En prime, quelques images d’un atelier de tissage aux plaquettes et métier à grille réalisé récemment avec des jeunes de 8 à 12 ans, comme quoi, malgré la complexité apparente, c’est presque un jeu d’enfant !!

 

 

Tissages...
Tissages...
Tissages...
Tissages...

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 17 Avril 2014

Le Conseil des Musées de Poitou-Charentes vient de mettre en ligne sur son site une série de vidéos réalisées en 2012 par Clap ! Clap !... Cinoeil, avec la participation d'Arkéo Fabrik et le concours du Musée de Préhistoire de Lussac-les-Châteaux (86).

Il s'agit de courts films présentant deux objets ''phares'' du Musée de Lussac. La première série présente les aiguilles à chas en os - objets emblématiques du Paléolithique supérieur - en 3 films : le site et les vestiges archéologiques, la reconstitution expérimentale des aiguilles et leur utilisation.

Sur la toile... Les aiguilles à chas en os

La seconde série présente, en suivant la même logique, les plaquettes gravées de la grotte de la Marche à Lussac-les-Châteaux. Les plaquettes gravées font de ce site une référence dans le domaine de l'étude de l'art mobilier dans la mesure où elles sont très nombreuses à figurer des représentations humaines.

 

Sur la toile... Les aiguilles à chas en os

... quelques liens vers les sites concernés :

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #fac-similés et reconstitutions, #Expérimentations, #Tutos et vidéos

Repost 0

Publié le 4 Octobre 2013

La faucille est un outil incontournable du Néolithique. Sa typologie varie en fonction des périodes et des cultures. Elle peut être constituée d’une lame unique fixée au manche, ou de plusieurs éléments tranchants en silex, insérés et collés dans une rainure du manche, formant ainsi un tranchant denticulé. La faucille est associée à la récolte des céréales : sa fonction précise consiste à couper les céréales à la base des tiges. Certaines faucilles sumériennes plus tardives (IIIème millénaire avant notre ère) étaient également fabriquées en argile cuite.

 

Nous avons été amenés à reproduire une faucille denticulée, lors d’une demi-journée de démonstration au public sur l’Archéosite des Pierres Droites, à Monteneuf dans le Morbihan. Voici un petit résumé en images….

Futur manche de la faucille en bois de saule

Futur manche de la faucille en bois de saule

Mise en forme du manche à l'aide d'un ''grattoir-herminette''

Mise en forme du manche à l'aide d'un ''grattoir-herminette''

Changement de grattoir, ligature à l'aide de cuir cru

Changement de grattoir, ligature à l'aide de cuir cru

Mise en forme du manche à l'aide d'un ''grattoir-herminette''

Mise en forme du manche à l'aide d'un ''grattoir-herminette''

Écorçage du manche à l'aide d'une lame emmanchée

Écorçage du manche à l'aide d'une lame emmanchée

Écorçage et mise en forme du manche à l'aide d'une lame emmanchée

Écorçage et mise en forme du manche à l'aide d'une lame emmanchée

Régularisation du manche à l'aide d'un poignard en silex

Régularisation du manche à l'aide d'un poignard en silex

Creusement de la rainure à l'aide d'un poignard en silex

Creusement de la rainure à l'aide d'un poignard en silex

Préparation des éléments de silex (fracturation contrôlée des lamelles pour les calibrer)

Préparation des éléments de silex (fracturation contrôlée des lamelles pour les calibrer)

Préparation des éléments de silex

Préparation des éléments de silex

Collage des éléments de silex : la colle est réalisée à partir de cire d'abeille, résine de pin et charbon

Collage des éléments de silex : la colle est réalisée à partir de cire d'abeille, résine de pin et charbon

Finitions, régularisation du collage

Finitions, régularisation du collage

Fauchage d'épis de blé

Fauchage d'épis de blé

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Expérimentations, #fac-similés et reconstitutions, #Tutos et vidéos

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2012

Pour les passionnés des techniques du feu, voilà de quoi réaliser simplement un briquet à piston. Découvert au 19ème en Europe et observé peu avant 1865 en Asie du Sud-Est (BOUTIÉ, P., ROUSSEL, B. 2008), le briquet pneumatique nous a donné du fil à retordre depuis quelques années... La fabrication proposée ci -dessous, ne respecte aucun modèle historiquement connu mais permet de se familiariser avec le principe et de bien prendre la mesure des différents paramètres entrant en jeu, notamment pour la réalisation de modèles en bois ou en corne.

 

Pour tout savoir sur le briquet à piston : BOUTIÉ, P., ROUSSEL, B. 2008. Le briquet pneumatique, l'enquête inédite. Éditions Mémoire Millénaire.   


 

Matériel nécessaire :

 

-         1 morceau tuyau de cuivre de diamètre extérieur 10mm – diamètre intérieur 8mm

-         1 barre métallique (fer, cuivre, bronze ou laiton) de 8 mm entre 13 et  18 cm de longueur

-         2 petits joints torique en caoutchouc de 8 à 9 mm de diamètre

-         coupe tube, fer à souder, scie à métaux ou mini perceuse

-         fil d’étain pour soudure

-         1 perceuse, forets à métaux de 6mm et 3 mm, foret à bois de 8mm

-         1 lime ronde à métaux

-         papier de verre fin

-         graisse (n’importe quel corps gras)

 briquet à piston (4)

 

Réalisation du tube :

  1. Couper le tube de cuivre entre 9 cm et 13 cm,
  2. Enfiler la barre de métal dans le morceau de tube coupé pour réaliser sur une des extrémités, la soudure à l’étain,
  3. Appliquer l’étain sur l’extrémité en prenant soin de bien répartir pour obtenir une couche homogène et hermétique.

briquet-a-piston-montage-1.jpg

 

Réalisation du piston :

  1. Sur la barre métallique – futur piston -  réaliser une cupule à une l’extrémité avec un foret de 6 mm,
  2. Réaliser ensuite deux rainures à 6 mm et 15 mm de l’extrémité percée sur 2 mm de profondeur, à l’aide d’une scie à métaux ou d’une mini perceuse (disque à découper) et y insérer les 2 joints toriques.   briquet-a-piston-montage-2-copie-1.jpg

Ajustement des deux pièces :

  1. A l’aide d’une lime ronde à métaux, élargir l’ouverture du tube pour y faire coulisser le piston, éventuellement réduire finement et progressivement l’épaisseur des joints toriques au papier de verre fin jusqu’à ce qu’ils rentrent en forçant légèrement. Graisser l’extrémité du piston pour faciliter le coulissement,
  2. Vérifier que la compression de l’air dans le tube est correcte : le piston doit remonter légèrement en bout de course quand il est enfoncé dans le tube. Si ce n’est pas le cas, vérifier la soudure ou l’étanchéité des joints toriques,
  3. Lorsque tout est correct, recouper le piston à 3 cm au dessus du tube.   briquet à piston (16)

Finitions :

Ajuster une poignée ergonomique en bois au piston, en perçant la pièce de bois avec un foret de diamètre à 8mm. Une fois la poignée ajustée au piston, on pourra cheviller le tout en perçant l’ensemble à l’aide d’un foret à métaux de 3 mm, puis en insérant une cheville de bois dur dans la perforation. briquet-a-piston-montage-3.jpg

 

Fonctionnement :

Placer le combustible (amadou fin, traité ou non, étoupe) dans la cupule sans trop le tasser. Enfoncer le piston sur quelques centimètres dans le tube. Frapper énergiquement le piston et le remonter immédiatement. L’allumage n’est pas garanti au premier essai, mais si tout est bien ajusté, les essais suivant seront concluants ! Enfin,  normalement…

briquet-a-piston-montage-4.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Arkéo Fabrik

Publié dans #Tutos et vidéos

Repost 0